Monday, 19 April 2010

Petit Palais : jardin & café


©Esther à Paris






















Connaissez-vous le jardin intérieur du Petit Palais ?
C'est un endroit de Paris qu'il faut absolument voir. Cet été, j'y suis allée plusieurs fois pour profiter du calme et de la beauté du lieuEn outre, du jardin, on peut admirer l'architecture absolument sublime du Petit Palais.
Le jardin est en forme de demi cercle. La végétation luxuriante entoure deux très jolis bassins en mosaïques. Au fond du jardin, "Le Jardin du Petit Palais" est un café qui offre un lieu parfait pour se donner rendez-vous pour un café ou un thé gourmand. L'été, l'idéal est de s'installer en terrasse. Les pâtisseries sont signées Lenôtre et la mousse au chocolat est à tomber ; la meilleures que je n'ai jamais mangée.
Informations pratiques : l'accès aux collections permanentes et au jardin intérieur du Petit Palais, également appelé "Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris"est gratuit . Il est situé avenue Winston Churchill dans le 8e arrondissement, à deux pas des Champs Elysées.

©Esther à Paris
©Esther à Paris
©Esther à Paris
©Esther à Paris

©Esther à Paris

Monday, 12 April 2010

Radical Jewish Culture


Radical Jewish Culture - Scène musicale New YorkJohn Zorn, David Krakauer, Marc Ribot, Anthony Coleman, Frank London, Ben Goldberg...

RJCDans une très belle exposition musicale (on vous remet un casque à l'entrée), le Musée d'art et d'histoire du Judaïsme nous fait découvrir cette mouvance musicale issue de la scène underground new-yorkaise des années 1990.
A la fin du XIXe siècle, les immigrés juifs ashkenazes s'installèrent dans les quartiers du Lower east side et de l'East village de New-York. Ce sont dans ces mêmes quartiers, entre lofts d'artistes et clubs de musique avant-gardiste, qu'est née une scène marquée par des prises de position esthétiques radicales. Pour la première fois, au sein de cette scène, compositeurs et interprètes de jazz, de rock, de punk ou encore de musiques traditionnelles, veulent se faire entendre comme juifs. Ils s'interrogent sur l'existence d'une musique qui serait d'essence juive.mahj_003
John_ZornEn 1992, à Munich, le compositeur et saxophoniste John Zorn, crée le "Festival for radical new jewish culture". A l'affiche, le meilleur de la scène undeground new-yorkaise : Loo Reed, Anthony Coleman, Elliott Sharp... C'est la première fois que l'on parle de Radical jewish culture, même si la musique juive à New-York n'a jamais cessé d'exister. Le second festival se déroulera précisément à New-York, l'année suivante, à la fameuse Knitting Factory.
mahj_004En 1995 (année de naissance de mon fils Théo), John Zorn crée la collection "Racical Jewish Culture", sous le label Tzadik, référence incontournable des musiques alternatives.
Comme l'a dit John Zorn dans une interview en 2008 : "Il est important de se rappeler que la Radical Jewish Culture pouvait signifier des tas de choses différentes... pour moi, c'était affaires de communauté, pour Marc, c'était politique, polémique, pour Anthony, c'était une esthétique de l'identité, pour certains, c'était d'abord de la musique... pour beaucoup, ce ne fut qu'un cachet !".Klematics
Des concerts exceptionnels (John Zorn se produira le 16 mai par exemple) sont prévus dans le cadre de cette exposition, que vous pouvez voir jusqu'au 18 juillet 2010.

Saturday, 10 April 2010

Esprit Nomade


expo_nomade_006"Esprit Nomade", tel est le titre de la dernière exposition, présentée par le Sénat, sur les grilles du jardin du Luxembourg, jusqu'au 18 juillet 2010.
Les 80 photographies, en couleur, ont été réalisées par deux photographes italiens,Tiziana et Gianni Baldizzone. Ils nous font découvrir, à travers ces splendides photographies, la vie quotidienne de nomades vivant sur les terres hostiles des déserts de sable du Sahara, dans des étendues d'herbe du Changtang, la région la plus rude du Tibet, dans le grand nord sibérien, ou dans les steppes d'Asie centrale.
Ces hommes et ces femmes ont fait le choix de perpétuer la vie de leurs ancêtres en continuant à vivre sur des terres où la nautre est très exigeante et oblige à beaucoup de modestie et de simplicité.
Le quotidien de ces nomades nous invite à nous intérroger sur le fondement de l'être humain et sur notre position face à la recherche de valeurs comme la solidarité, lerespectl'humilité et le partage.expo_nomade_004
Enfin, à une époque où la préservation de notre planète est au coeur de tous les débats, nous avons beaucoup à apprendre du lien profond de ces nomades avec la terre, leur respect de l'équilibre de la nature et des écosystèmes ainsi que leur effort constant d'adaptation.
A voir absolument, d'autant que l'exposition est visible 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, grâce à un éclairage nocturne.
Mon conseil : lisez les commentaires en dessous de chaque photo. Ils sont indispensables pour comprendre la vie incroyable de ces nomades.