Saturday, 30 January 2010

ALCAZAR


Aujourd'hui, c'était déjeuner de promo à l'Alcazar, 62 rue Mazarine dans le 6ème.
L'Alcazar, c'est un très joli lieu, qui offre un restaurant, un salon privé pouvant accueillir jusqu'à 42 personnes assises, une mezzanine pour boire un verre dans un endroit chic et festif et où se produisent les meilleurs DJ, du mercredi au samedi.
Si, comme moi, vous aimez le design de Sir Terence Conran, vous aller adorer ce lieu. C'est contemporain et élégant.
Le restaurant, duquel on peut voir les cuisines séparées par une vitre, peut accueillir jusqu'à 220 convives. La salle est surplombée par une verrière de 12 mètres de hauteur. Cela donne une impression d'espace. C'est très agréable.


Dans l'assiette, la qualité est au rendez-vous. La cuisine est raffinée. Au menu, des plats de tradition française. J'ai pris un filet de bar aux petits légumes qui était délicieux. En dessert, un moelleux au chocolat avec sa glace à la vanille qui était juste parfait. Le menu déjeuner est à 27 euros (entrée + plat ou plat + dessert avec une boisson et un café). Le service était très chaleureux. J'y retournerai avec plaisir.

Friday, 29 January 2010

Tou Bishvat, le nouvel an des arbres

Aujourd'hui, nous célébrons Tou Bishvat.
Tou Bishvat est une fête qui a lieu le 15 shevat. C'est le nouvel an des arbres, le renouveau de la nature. En Israël, cela correspond à la fin de l'hiver et à la fin de la saison des pluies.
En Israël, la tradition veut que les enfants plantent un arbre. De nombreuses écoles participent à cette opération de reboisement. C'est un jour d'excursion. C'est une fête avec une très belle portée symbolique. L'arbre, dans la pensée juive, représente l'être humain. Tou Bishvat sensibilise les enfants à la beauté de la nature. C'est une fête écologique par excellence.


Pour Tou Bishvat, la coutume est de consommer des fruits comme la datte, symbole de douceur, le raisin, la figue, la grenade, la pomme, la noix (dont la valeur numérique du mot noix en hébreu, egoz, est 17, égale au mot Tov, signifiant "bon"), l'amande.
C'est l'occasion de se retrouver en famille ou entre amis et de manger des fruits. Merci Il-Il pour ton très joli goûter de Tou Bishvat. Nous nous sommes régalés et grâce à toi, j'ai appris, des nouveaux mots en hébreu.

Sunday, 24 January 2010

Izis, Paris des rêves

Izis, Paris des rêves, tel est le titre de la nouvelle exposition proposée par la Mairie de Paris au 5 rue Lobau dans le 4ème, jusqu'au 29 mai 2010.
Izis, dont le vrai nom est Izraëlis Bidermanas, est en 1911, en Lituanie, alors sous contrôle russe. Il vit au sein d'une famille pauvre et à 19 ans, décide de quitter la misère et les persécutions antisémites pour rejoindre Paris, avec l'espoir de devenir peintre. Il deviendra photo-reporter pour Paris Match. Il se liera d'amitié avec des artistes comme Prévert, Colette ou Chagall, qui participeront à certains des dix livres qu'il publiera.

Izis est un artiste qui reste beaucoup moins connu du grand public que Robert Doisneau ou Willy Ronis. Il a pourtant connu un grand succès, en 1950, avec son livre "Paris des rêves" qui fut édité à plus de 170 000 exemplaires et dans lequel 45 ecrivains dont André Breton et Jean Cocteau ont écrit un poème.

Mort en 1980, Izis restera toute sa vie hanté par la mort de sa famille, assassinée par les nazis. Son fils, Manuel, dit d'ailleurs de lui : "Mon père était inconsolable mais gai. Il n'a jamais été heureux".
L'exposition est divisée en 9 parties. La première, montre des photos prises au sortir de la guerre et représentant ses amis maquisards, mal rasés, en tenue de combat. Les photographies sont brut, sans artifices. Izis a posé une feuille blanche sur le mur et a photographié ses amis devant, un par un, sans jeu de lumière ni retouche. J'ai trouvé ses photographies extrêmement fortes : on est captivé par les regards notamment.

Viennent ensuite des photos prises dans le Paris populaire : on voit des balayeurs des rues, des ouvriers à casquette et de nombreuses photos au bord de la Seine. Là Izis photographie des amoureux, des dormeurs, des rêveurs. Ces personnages ont tous quelque chose de lui. Izis était un artiste très timide, rêveur et patient. Il pouvait attendre des heures pour capturer la bonne image, tout comme les pêcheurs qu'il se plaît à photographier.

Vous n'en serez pas surpris, j'ai beaucoup aimé les photos prises à Londres. Il y en a une très drôle, montrant le portrait de la reine Elisabeth, posé dans une vitrine où sont supendues des oies et des volailles. J'ai également pris beaucoup de plaisir à voir les photos consacrées à Chagall. Ces deux-là étaient amis. Ils étaient tous deux issus de familles juives modestes, d'Europe de l'Est et avaient tous deux choisi de venir à Paris pour y devenir peintre.
Les photos prises en Israel sont très touchantes. Izis a d'ailleurs dit en parlant d'Isarel : "Quand je suis allé en Israel, je suis arrivé en pays connu. J'ai eu l'impression que c'était le pays de mon enfance".
Courrez vite voir cette exposition. Et comme elle est gratuite, vous pourrez y retourner plusieurs fois. Comme pour toutes les expos, je vous recommande de prendre l'audio-guide.

Saturday, 16 January 2010

Piscine Pontoise

Comme moi, vous avez un peu hiberné ces derniers mois et, nouvelle année et bonnes résolutions obligent, vous avez décidé de sortir de votre torpeur.

Quelle solution avez-vous choisie : régime, sport ou les deux ? Perso, j'ai opté pour le sport, parce que le régime, c'est trop difficile. J'en profite pour faire un clin d'oeil d'encouragement à mes copines qui ont choisi l'option régime.
Hier, j'ai donc repris le chemin de ma piscine préférée : il s'agit de la piscine Pontoise, rue de Pontoise dans le 5ème.

La piscine fait partie d'un complexe sportif où l'on peut aussi faire de la gym, de la musculation et du squash.
La piscine, construite en 1933, est classée aux monuments historiques. Elle présente deux particularités : sa grande verrière (je me souviens avoir nagé un jour alors qu'il y avait un orage ; c'était impressionnant de nager et d'entendre la pluie tomber sur la verrière et de voir les éclairs au loin) et ses 160 cabines individuelles, bleues, sur deux étages, tout autour du bassin. En plus du charme, c'est extrêmement pratique de pouvoir laisser ses affaires dans sa propre cabine.
Le bassin fait 33m X 15m, ce qui me fait dire que dans cette piscine on travaille le corps mais aussi la tête pour savoir combien de mètres on nage.


Autre particularité de cette piscine, c'est la seule piscine de Paris à être ouverte en nocturne, de 20h15 à 23h45, mais sous une formule unique à 10€ incluant en plus de la piscine, musculation, cardio et sauna. Si vous habitez le quartier, je vous recommande l'abonnement annuel à 430€. Vous pourrez ainsi venir vous faire un corps de rêve aussi souvent que vous le souhaitez.
De nombreuses scènes de cinéma ont été tournées dans cette piscine. Le champion olympique de natation et acteur Johnny Weissmuller, par exemple, y a lancé le fameux cri de Tarzan. De nombreux défilés de mode y ont également été organisés. Issey Miyake, par exemple, a fait défiler ses mannequins sur un podium installé au-dessus du bassin.
Et vous, c'est quoi vos résolutions sportives de 2010 ? N'hésitez pas à laisser un commentaire.

Monday, 11 January 2010

Paris inondé 1910

Depuis vendredi et jusqu'au 28 mars, la galerie des bibliothèques-Ville de Paris (22 rue Malher - 75004) présente une exposition très enrichissante sur l'inondation qu'a vécu Paris, il y a tout juste cent ans, et intitulée : Paris inondé 1910.
L'exposition présente plus de 200 documents, principalement des photographies, mais aussi des cartes, des affiches, des articles de journaux (français et étrangers), des films qui sont autant de témoignages de cet événements hors du commun.

L'exposition est très bien faite : elle est divisée en huit thèmes différents qui vont de l'arrivée de la crue à la décrue.
On comprend comment, Paris ayant été victime de sa modernité, l'eau s'est engouffrée dans les 1 200 km de réseau souterrain (égouts, distribution d'eau potable, téléphone, métro en construction) puis est remontée en surface. Au plus fort de la crue, le 28 janvier 1910, la Seine a été mesurée à 8,62 m.
On peut visualiser sur des cartes les quartiers qui ont été le plus inondés. J'ai été surprise de constater, par exemple, que des arrondissements comme le 8ème se sont également retrouvés sous les eaux. Saviez-vous que la gare Saint-Lazare et le boulevard Haussmann étaient immergés alors qu'ils ne sont pas très proches du fleuve.
De nombreuses photos témoignent de ce Paris que l'on n'a pas hésité à comparer à Venise. Certaines rues se sont en effet transformées en canaux sur lesquels on circule en barque ou en radeau de fortune.

Ces inondations, qui ont duré plus d'un mois et demi, ont très largement perturbé la vie des parisiens. 20 000 immeubles ont été touchés. Les transports en commun ont été paralysés. On a fait de nouveau appel aux omnibus tirés par les chevaux et la gare de Lyon a été transformée en écurie géante. Le ravitaillement se fait difficilement car une grande partie des denrées alimentaires était acheminée par la seine. Mais il n'y aura pas de pénurie totale.
Nous découvrons ensuite comment l'aide aux sinistrés s'est organisée. Cette expérience se révèlera utile cinq ans plus tard, lors de la première guerre mondiale. Des collectes de fonds sont organisées et rencontrent un franc succès.
Après la décrue, vient l'heure des grands nettoyages afin d'éviter toute propagation d'épidémies.
Il n'y aura eu qu'un mort. En revanche, les dégâts matériels sont considérables et se chiffrent à près d'un milliard d'euros.
Je vous recommande vivement cette exposition. Toutefois, si vous ne pouvez pas vous déplacez, vous avez la possibilité de visiter l'exposition virtuelle en cliquant sur le lien : http://inondation1910.paris.fr/.

Saturday, 2 January 2010

Traces, les 7 doigts de la main


Wouah, c'était absoluement fabuleux !!! En réservant ce spectable pour mes ados, Eva et Adam, je ne pensais pas m'amuser autant. 

Le spectacle, c'est "Traces", au Casino de Paris. Il s'agit d'un spectacle qui est unmélange de cirque et de culture des arts de rue, montré pour la première fois à Montréal, en 2006, et qui, depuis, a fait le tour du monde. Les artistes sont six acrobates (une fille et cinq garçons d'une vingtaine d'années) surdoués, qui nous font rêver pendant près d'une heure et demie.

Le spectacle mèle acrobaties, sauts périlleux, danse contemporaire, théâtre, humour, musique.
Tour à tour, on assiste à des sauts dignes des plus grands gymnastes mais aussi à du basket-ball, du skateboard, de la danse... un peu différent de ce que l'on a l'habitude de voir.
C'est époustouflant mais également très drôle. Les ados et les enfants, nombreux en ce samedi après-midi, se sont régalés et ont beaucoup ri.
La dernière représentation est demain, alors si vous n'avez pas eu la chance d'y aller cet hiver, je vous invite à le faire lorsqu'ils reviendront à Paris. Vous ne le regretterez pas, pas vrai ma Joce ?


Friday, 1 January 2010

Très belle année 2010


Je vous souhaite une très belle et heureuse année 2010.

Happy new year, lot's of love.

Buon anno.

Feliz ano nuevo.

Frohes neues jahr.
Shana tova.