Monday, 11 January 2010

Paris inondé 1910

Depuis vendredi et jusqu'au 28 mars, la galerie des bibliothèques-Ville de Paris (22 rue Malher - 75004) présente une exposition très enrichissante sur l'inondation qu'a vécu Paris, il y a tout juste cent ans, et intitulée : Paris inondé 1910.
L'exposition présente plus de 200 documents, principalement des photographies, mais aussi des cartes, des affiches, des articles de journaux (français et étrangers), des films qui sont autant de témoignages de cet événements hors du commun.

L'exposition est très bien faite : elle est divisée en huit thèmes différents qui vont de l'arrivée de la crue à la décrue.
On comprend comment, Paris ayant été victime de sa modernité, l'eau s'est engouffrée dans les 1 200 km de réseau souterrain (égouts, distribution d'eau potable, téléphone, métro en construction) puis est remontée en surface. Au plus fort de la crue, le 28 janvier 1910, la Seine a été mesurée à 8,62 m.
On peut visualiser sur des cartes les quartiers qui ont été le plus inondés. J'ai été surprise de constater, par exemple, que des arrondissements comme le 8ème se sont également retrouvés sous les eaux. Saviez-vous que la gare Saint-Lazare et le boulevard Haussmann étaient immergés alors qu'ils ne sont pas très proches du fleuve.
De nombreuses photos témoignent de ce Paris que l'on n'a pas hésité à comparer à Venise. Certaines rues se sont en effet transformées en canaux sur lesquels on circule en barque ou en radeau de fortune.

Ces inondations, qui ont duré plus d'un mois et demi, ont très largement perturbé la vie des parisiens. 20 000 immeubles ont été touchés. Les transports en commun ont été paralysés. On a fait de nouveau appel aux omnibus tirés par les chevaux et la gare de Lyon a été transformée en écurie géante. Le ravitaillement se fait difficilement car une grande partie des denrées alimentaires était acheminée par la seine. Mais il n'y aura pas de pénurie totale.
Nous découvrons ensuite comment l'aide aux sinistrés s'est organisée. Cette expérience se révèlera utile cinq ans plus tard, lors de la première guerre mondiale. Des collectes de fonds sont organisées et rencontrent un franc succès.
Après la décrue, vient l'heure des grands nettoyages afin d'éviter toute propagation d'épidémies.
Il n'y aura eu qu'un mort. En revanche, les dégâts matériels sont considérables et se chiffrent à près d'un milliard d'euros.
Je vous recommande vivement cette exposition. Toutefois, si vous ne pouvez pas vous déplacez, vous avez la possibilité de visiter l'exposition virtuelle en cliquant sur le lien : http://inondation1910.paris.fr/.